MUNCH

MANET

PICASSO

KLIMT

 


Le Baiser (The Kiss / Der Kuss) - 1907/1908 - Gustav Klimt

 

 

1907 – Gustav Klimt commence à peindre, à Vienne, Der Kuss, son œuvre la plus connue, qu’il ne terminera qu’en 1909. Dans cette composition, conçue comme une icône byzantine sur un fond de bronze, un couple s’enlace, dans une étreinte fusionnelle. Les deux protagonistes sont enveloppés dans des manteaux dorés qui occupent une grande partie de la surface peinte.

1911 – Richard Strauss donne, à Dresde, la première de son opéra viennois Der Rosenkavalier. Dans le premier tableau de cette œuvre, la Maréchale, alias Bichette, soprano, termine une longue nuit d’amour adultérine avec le jeune Oktavian, alias Quinquin, chanté par une mezzo-soprano travestie.

L’Autriche et Vienne valsent. Trois ans plus tard, l’Europe s’embrase dans un des conflits les plus meurtriers de son histoire. Après la Grande Guerre, le monde ne sera plus jamais le même. Ravel en fera le bilan, à sa façon, dans La Valse, en 1920.

* * *

Ces trois événements sont indissociables, dans mon esprit. Ils marquent l’apogée et le déclin d’un certain Zeitgeist viennois. Le Feldmarschall cocufié est à la guerre. Le couple s’abandonne, oublieux, enveloppé dans des tissus, somptueux, certes, mais qui font aussi fonction de suaire, pour éponger la sueur de l’amour physique. L’action se déroule sur fond de valses, valses au bord d’un abîme où la « petite mort » de l’orgasme se mue en véritable carnage.

Sur un escarpement fleuri, au bord d’un gouffre que l’on devine insondable, un couple est enlacé. Les deux manteaux et les deux têtes dessinent la forme d’un pénis en érection, à la verticale. Les deux capes semblent n’être qu’une. Mais, une forme de dimorphisme sexuel – du même type que celui des papillons – associe un motif neutre, rectangulaire, noir, vertical, au mâle, et des cercles colorés, tangents, à la femelle. Les têtes et l’épaule nue de la femme dessinent le gland sans prépuce de ce sexe turgescent. L’homme est brun, la femme rousse, dans un état d’extase post coitum. Le gouffre laisse présager une mise à mort. Mais à l’inverse de la sexualité de la mante religieuse, c’est la femelle qui sera sacrifiée. Ses pieds pendent déjà dans le vide. La femme fatale se mue-t-elle en victime ? L’éternelle cohabitation d’Έρως et de Θάνατος…

Inversion des rôles et des sexes. Il en est question dans l’opéra de Strauss, où Oktavian, mezzo-soprano travestie, doit, par deux fois, se déguiser en fille. La difficulté pour l’interprète – une femme incarnant un personnage masculin – est de donner l’illusion que, quand elle se déguise en femme, il s’agit bien d’un travestissement et non d’un retour à sa condition naturelle.

L’enlacement dans une cape, suivi d’une mise à mort, c’est aussi la thématique de l’opéra Il Tabarrro, 1918, le premier volet du Trittico de Puccini. Chez Klimt, l’action ne se déroule pas à bord d’une péniche amarrée à un quai de la Seine, mais – comble de la profanation – dans le cadre d’une icône byzantine. Le fond, doré à la feuille, simule une riza ou une oklad. Un halo doré peut être distingué juste au-dessus des têtes des amants. La platitude de la perspective, écrasée sur un plan frontal, accentue la ressemblance avec les mosaïques byzantines de Ravenne, que Klimt connaissait bien. Sanctification du couple amoureux, de l’acte sexuel, de l’orgasme, de l’organe sexuel masculin ?

La verticalité de la composition est compensée par le format carré de la toile. Verticales, associées au masculin, et horizontales, associées au féminin, s’y équilibrent donc. Beaucoup de reproductions de cette œuvre recadrent le sujet pour rendre la composition verticale, déséquilibrant la composition vers le masculin, niant ou atténuant, comme par un acte manqué, l’existence ou la réalité du plaisir féminin. Il est vrai qu’une autre lecture du motif central peut en faire une cage à oiseau, dont les barreaux sont l’homme et l’occupant prisonnier, la femme. Dans ce mode, la morale bourgeoise et la croyance dans la prééminence du mâle restent sauves…

Freud vient de publier ses Drei Abhandlungen zur Sexualtheorie, 1905. La guerre mondiale se prépare dans les Balkans. Vienne continue à valser sur la poudrière… Valser pour oublier. Valser pour conforter son conservatisme. Valser pour rester aveugle. Valser pour se rattacher désespérément aux valeurs anciennes, même si l’on sait qu’elles n’ont plus cours…

 

Louis DOUCET

 

 

   

 

 

TEXTE

> Version Française

> Version Allemande

> Version Anglaise

 

AUTRES TABLEAUX

> Le radeau de la méduse

> La Joconde de Léonard de Vinci

> Guernica de Picasso

> Olympia de MANET

> Le Cri de Munch

 

AUTEUR

> Louis DOUCET